Marseillan                          
Marseillan au cœur de la séance publique

Forums POPSU: Marseillan au cœur de la séance publique
                                                                                               

Les forums POPSU (Plate-forme d’Observation des Projets et Stratégies Urbaines) Territoires, sont organisés au fil des travaux de recherche-action, menés au sein des sept villes partenaires du programme.

C’est le cas de Marseillan qui recevait ce lundi 7 octobre à la salle Paul Arnaud deux députés, venus du narbonnais et des Charentes maritimes, des maires des villes partenaires et bien d’autres personnalités, pour un forum où il a été l’occasion d’évoquer le cas de Marseillan. Ses variations démographiques, qu’elles soient touristiques ou à long terme, influent-elles sur son développement, sa gestion ? Que ce soient les questions sur l’aménagement urbain, sur la gestion des services et des équipements urbains, des commerces et mêmes la vie locale, toutes ont été au centre des débats et des ateliers de la journée, afin de les comparer à d’autres territoires soumis aux mêmes problématiques.

L’histoire de la commune est étroitement liée à son essor touristique. Un tourisme qui s’est développé dès 1947 avec la création de Marseillan-plage et qui voit sa population de 10 000 habitants passer à 60 000, au plus fort de la saison touristique.
Le maire de la commune Yves Michel a évoqué le problème d’équipement (gestion de l’eau et traitement des eaux usées) dû l’accroissement de population avec des résidences secondaires qui deviennent principales, mais aussi à l’avenir des stations balnéaires, dû au réchauffement climatique et à la future montée des eaux. Une inquiétude qui occupe aujourd’hui les professionnels du tourisme don les établissements risquent dans deux ou trois décennies de se retrouver immergés.


« Même si il devait y avoir un repli stratégique, tel qu'aujourd'hui l'état le souhaite, il faut quand même vivre entre le moment où on se sera replié et maintenant. Il faut que l'économie continue à se faire et il faut voir si il n'y a pas des aménagements possibles plutôt que de rester dans cette stratégies qui ne nous convient que moyennement. » A souligné Yves Michel très attaché à son territoire et a demandé qui payerait la facture. 

Les dernière heures de la séance devenue public, s’est terminée avec le verre de l’amitié où les participants ont pu continuer à débattre dans la convivialité.


     Marc Ilari     Publié le 14 Octobre 2019                                  

                                                               Article suivant     Accueil marseillan     Article suivant