Florensac                    
77ans de Mariage pour Claire et Yves

77 ans de Mariage pour Claire et Yves
                                                   


          Claire et Yves sont attablés en bout de table. Ils président cette assemblée d’enfants, de petits-enfants et d’arrière-petits-enfants venus (parfois de très loin) les rencontrer pour célébrer les 77 ans de leur union en ce début d'année 2020. L’émotion est palpable. La fierté se lit sur leur visage. Il semble que ce sentiment soit le point d’orgue de l’instant. Leur silence laisse parler l’admiration des enfants devant cet exemple de longévité du vieux couple, plus de sept décennies.
 
Âgés aujourd’hui de 95 ans et 97 ans, Claire Rebejac, née Fabre et Yves Rebejac restent plus que jamais attachés à leur demeure. Ils y mènent une vie simple, leurs journées sont agrémentées de promenades, Yves tient à ses 3 km quotidiens ! Monsieur conduit sa dame à la messe, mais également au supermarché. En parfaite maîtresse de maison, Claire s'occupe aujourd'hui encore des repas.
 
Dès leur plus jeune âge, à la communale de Florensac, les filles vont d’un côté, les garçons de l’autre. Pas de mixité vers la fin des années 30. Qu’à cela ne tienne, Yves parvient vite à trouver l’astuce qui le rapproche de Claire. Lors de sorties à bicyclette avec son meilleur ami légèrement plus âgé et déjà engagé, il s’arrange pour que Claire soit de la partie. Les liens se créent. Après les cours, à la sortie du collège, Yves, qui a déjà quitté l’école pour aller travailler dès 14 ans, attend Claire. Dans le village, tout le monde se connaît, ces deux-là, on les voit se balader régulièrement ensemble.
 
Claire poursuit une scolarité brillante, passe la première partie du Baccalauréat. Mais l’influence grandissante d’Yves la détache peu à peu de son objectif de devenir institutrice. Elle ne passe pas la seconde partie du Bac.
 
La seconde guerre mondiale est déclarée depuis quelques mois. Les deux tourtereaux ne semblent pas s’en préoccuper. Cependant, la réalité vient taper à la porte un beau jour de 1942. On demande Yves au Service du Travail Obligatoire. On ne donne pas le choix à ces jeunes garçons de Province de 19-20 ans. On précipite les fiançailles, on organise le mariage entre deux jeunes enfants qui n’ont ni l’un ni l’autre atteint leur majorité (qui est de 21 ans à l’époque). Nous sommes le 7 Janvier 1943. Yves va laisser son épouse, sans savoir combien de temps va durer cette déportation vers l’Est, vers la Pologne.
 
Dans les usines de sidérurgie allemandes, on ne pardonne rien. Le maître mot, c’est le travail, toujours et encore. Le dimanche, seul jour de semaine libre, Yves privilégie dès que c’est possible la visite de ses amis Languedociens, compagnons de déportation. Tous sont en mauvaise santé devant l’extrême dureté des conditions de travail. Deux plans d’évasion sont envisagés, les deux vont échoués. Cette période difficile restera  à jamais gravée dans l’esprit d’Yves.
 
Claire, installée à Marseillan  chez ses parents, met au monde Christian en Décembre 1943.
 
Pendant plus de 2 ans, le couple n’aura que très peu de nouvelles. En Mai 1945, la France est Libre. On célèbre les retrouvailles. Peut-être, de ce moment particulier date ce pacte tacite de fidélité, de poursuivre la vie ensemble devant toutes les épreuves de la vie. En 1946 vient Josianne, le second enfant.
 
Les deux Florensacois vont traverser les décades 50, 60, 70 et 80 en vaquant à des occupations diverses. Plusieurs métiers pour Yves (chauffeur livreur, vigneron, ouvrier) à une époque où le chômage n’existe pas. Claire restera à l’intendance de la demeure familiale, tout en assurant les travaux quotidiens de plusieurs parcelles de vignes.
 
Fin des années 80, la retraite méritée, Yves et Claire iront ensemble et à plusieurs reprises, visiter les théâtres affreux des camps de concentrations en Allemagne, les villages en Pologne ou Yves travaillaient 40 ans plus tôt sous le STO.
 
Aujourd'hui, Florensac, le petit village de l’Hérault, reste le point d’attache des deux noctagénaires. A travers l’Association ‘Florensac Mon Village’ ou Yves et Claire restent des membres actifs jusque dans les années 2000. Les marches quotidiennes dans les rues étroites du village, la ‘promenade’ de Florensac, sur les bancs publics, ou les bavardages, a l’ombre des platanes font souvent référence aux brillantes études des arrières petits-enfants. On entretient de longues conversations, aussi longues que la distance qui les sépare de certains d'entre eux.
 
Le jour d’anniversaire de chacun des 11 arrières petits-enfants, est soigneusement conservé sur un calepin près du téléphone fixe. Aucun anniversaire n’est oublié. Comme si ce fil conducteur était la leçon d’humilité et de fidélité de Claire et Yves.
 
Avec autant de longévité et toujours autant de lucidité (Yves récite tous les départements Français, lorsque Claire énonce les théorèmes de Thalès ou Pythagore), ils restent l’exemple d’une vie commune riche ou l’un et l’autre forme un. A l’an prochain pour le 78eme anniversaire !


     Sylvie Choudy pour la rédaction de la petite info locale 

                                                                                                Article suivant    Accueil Florensac      Article précédent      Voir toutes les vidéos